Catégorie : Événement

STAGE pour enfants liés à notre exposition « PASSAGE » : les tissus racontent des histoires ! Explorons-les !

T’es-tu déjà demandé d’où venaient les motifs qui décorent les tissus de ta maison, de tes vêtements ? Et leurs couleurs, comment sont-elles fabriquées ? Durant cette semaine de stage, nous explorerons la vaste Histoire des couleurs et des motifs textiles, ce qu’ils disent de nous et du monde dans lequel nous vivons. Une occasion, pour une fois, de créer nous-mêmes nos couleurs à partir de notre environnement (à l’aide de plantes tinctoriales issues de friches, de déchêts de cuisine, etc.), et de réinsuffler du sens dans les images qui habillent nos tissus.

Le stage sera animé par Amandine Brun Sauvant, designer textile formée aux Beaux-Arts de Clermont-Ferrand et à La Cambre.

Quand ? Date du stage : 8 au 12 juillet 2024

Pour qui ? Enfants de 9 à 12 ans

Tarif : 90€ la semaine de stage (70€ avec le Pass Cultuur Marolles)

PLACES LIMITEES (max 10 enfants)

Pour s’inscrire veuillez contacter edu@mjb-jmb.org


Performance : David Bernstein – Even if it’s not true, it’s well found – 6.06 à partir de 18h00

Le titre Even if it’s not true, it’s well found est une traduction littérale de l’expression italienne Se non e vero, e ben trovato, qui signifie que bien qu’une histoire ait été inventée, elle vaut quand même la peine d’être racontée. L’œuvre consiste en une série de sculptures abstraites à partir desquelles ont été créés des histoires fictives. Ces histoires ont été générées à partir de pensées survenues lors de l’observation des œuvres d’art et révèlent ainsi une autre « vérité » pour l’objet. 

Dans le musée sont présentées trois de ces sculptures, qui seront activées par des histoires racontées lors de la performance. Chaque sculpture se compose de matériaux différents – divers types de bois, laiton et acier – afin de permettre des expériences tactiles variées. Les formes des scultpures s’inspirent d’instruments rituels ancestraux et d’objets de design industriel moderne.

L’objectif de ce travail est d’examiner le pouvoir de l’imagination pour donner différentes lectures d’un même objet. Il met l’accent sur le caractère queer des objets, célébrant l’idée qu’une chose peut être plusieurs choses à la fois.  

***

Cette performance s’inscrit dans le cycle de performances « Laboratoire des Rituels« .

Au cœur du « Laboratoire des Rituels », quatre artistes performeurs, Hilal Aydoğdu, David Bernstein, Barbara Salomé Felgenhauer et Zinaïda Tchelidze, s’engagent à réenchanter le monde à travers la construction de nouvelles mythologies qui les touchent et les inspirent.

Dans ce laboratoire artistique, ces artistes explorent les profondeurs de l’imaginaire collectif, s’aventurant dans les recoins de l’histoire, de la culture et des traditions. Ils nous invitent à plonger dans leurs univers artistiques, à traverser des passages entre les mondes visibles et invisibles, pour découvrir de nouvelles manières d’être et de comprendre le monde.

Le « Laboratoire des Rituels » est bien plus qu’une simple exposition. C’est un espace d’exploration artistique où des artistes performeurs interculturels se rencontrent, se questionnent et partagent leurs visions du monde. C’est un appel à la réflexion, à l’émerveillement et à la création de nouvelles mythologies qui nous permettent de réenchanter notre existence.

***

Programme :

18:00 – Ouverture des portes

18:30 19:30 : Performance de David Bernstein : Even if it’s not true, it’s well found

19:30 : Drink

20:30 : Fermeture des portes

Prix Libre (Prix conseillé 6€)

Le corps de l’artiste se propose comme un autel vivant, offert pour un moment de réflexion, de méditation, de prière, de demande, non pas à destination d’un dieu ou de saint·e·s, mais pour le monde. 

Dans la religion chrétienne, allumer une bougie revient à ouvrir son cœur à Dieu et ainsi faire monter une prière vers lui. C’est aussi le moyen d’exprimer son attachement à un·e saint·e en particulier, de lui adresser une demande ou encore des remerciements. Une offrande accompagne cette démarche. 

Ici, le rituel est proposé afin de s’autoriser à exprimer son inquiétude, sa peur, ses peines pour le monde, c’est une façon de réagir au désespoir environnemental que nous vivons actuellement. 

Cette performance est inspirée à la fois des rituels de l’artiste en cercle de femmes pour célébrer entre autres les solstices et équinoxes, et de l’essai de Joanna Macy, “Agir avec le désespoir environnemental” qui pose la question : « Pouvons-nous reconnaître notre peine pour le monde et vivre avec elle d’une manière qui affirme notre existence et libère notre pouvoir d’agir ? ». 

Il y a un an, une première version de cette performance a été présentée pendant le festival Trouble. Dans ce cadre, plus de soixante peines ont été déposées au pied du corps-autel. Ces peines anonymes seront gravées les unes à côté des autres sur un des murs de l’exposition, lors de plusieurs sessions ponctuelles entre le 11 avril et le 1 septembre. 

Performance à partir de 18h30

 

Discussion entre Luc Benhamou et Sonia Wieder-Atherton et moments musicaux 

Le Musée Juif de Belgique organise le 29 mai 2024 une conférence intitulée « Chantal Hanna Akerman – Regards croisés sur l’identité juive d’une cinéaste« .

Chantal Hanna Akerman, née à Bruxelles en 1950, dans une famille d’origine polonaise, est une cinéaste dont l’empreinte artistique est indélébile dans le paysage cinématographique belge et international. Les séquelles de la Seconde Guerre mondiale, marquées par la déportation et l’assassinat d’une partie de sa famille à Auschwitz, influenceront profondément son œuvre cinématographique et son parcours de femme.

Sonia Wieder-Atherton et Luc Benhamou vous invitent à une réflexion approfondie sur le lien entre Chantal Akerman et le judaïsme. Ils exploreront les diverses facettes de cette connexion, des prises de position de la réalisatrice à son rapport aux textes bibliques et à la transmission. La musique, incarnée par le violoncelle de Sonia Wieder-Atherton, sera également au cœur de cette discussion.

LUC BENHAMOU :

Luc Benhamou naît en 1959 à Paris et étudie la cinématographie à l’Insas à Bruxelles. Il travaille par la suite comme directeur de la photographie, réalise des courts-métrages et étudie le judaïsme. Il a cadré et/ou éclairé tous les films de Chantal Akerman entre 1983 et 1988 dont : Les Années 80 (1983) L’homme à la valise (1983), Un jour Pina a demandé (1983), J’ai faim, j’ai froid (1984), Family Business (1984), Golden eighties (1984), Letters Home (1986), Histoires d’Amérique (1988).

SONIA WIEDER-ATHERTON :

Sonia Wieder-Atherton, violoncelliste, a étudié au Conservatoire de Paris, puis elle part poursuivre ses études avec Natalia Chakhovskaya au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou. Elle rentre en France à 25 ans, et fait la connaissance de Chantal Akerman. Leur relation dans la vie comme dans le travail durera toujours. Leur univers se retrouvent à travers des musiques de films et des créations scéniques. Chantal Akerman réalise également plusieurs films avec SWA, qui interprète  des œuvres allant de Monteverdi à Dutilleux. Leur collaboration pour la musique de « Histoires d’Amérique » donne naissance à l’enregistrement des chants juifs liturgiques pour violoncelle et piano. 

Programme: 

18h ouverture des portes

18h30 début de la discussion

20h fin de la discussion

Crédit : Collections CINEMATEK – © Fondation Chantal Akerman

Dans le cadre de NOCTURNES, le troisième parcours de « Passage » ouvrira le 11 avril dans notre Project Space et vous invitera à explorer la résurgence contemporaine des croyances et des rituels à travers un programme de performances uniques.

Dans la culture turque, lorsqu’on accueille une personne, on lui cède son lit, sa maison. Misafirperverlik signifie « hospitalité » en turc. Le terme a des racines arabes : « musafir », « safar », qui signifie aussi « faim » et « celui ou celle qui part en expédition, qui va loin ». Et des racines persanes : « parvar » qui signifie « nourrir, élever, éduquer ». Misafirperver signifie donc « celui ou celle qui nourrit son invité·e ».
La performance est constituée de deux parties : « la préparation » et « le repas ».


Durée de la performance : 2 h00.


Hilal Aydoğdu (1998, Liège), diplômée du Master dessin de l’Académie des Beaux-Arts de Liège, a depuis plusieurs années une pratique de la performance, approfondie à La Cambre.

Hilal interroge la place de la femme au sein d’un monde d’hommes. Elle propose d’investir les dispositifs qui oeuvrent à asseoir une hégémonie délétère – celle du patriarcat – principalement à travers la culture, en explorant le lexique morbide des valeurs et des injonctions qu’elle véhicule : honneur, virginité, obéissance.

La performance et l’installation autorisent sa parole à prendre corps ; en rompant les frontières entre l’objet et sa chair, en faisant jeu de ce qu’on peut forcer à s’assembler, elle tente de susciter le déséquilibre, de laisser naître de l’union un vertige et du vertige, la chute.

Elle veut confronter l’ordre qui frappe au nom d’idéaux qui abîment les femmes aux conséquences de son règne, en lui renvoyant l’horreur et la douleur qu’il génère.


Programme :

  • visite guidée de l’exposition « Passage » à 18h (FR)
  • visite guidée de l’exposition « Passage » à 18h30 (NL)
  • Performance Misafirperver par Hilal Aydoğdu de 18h à 20h (FR,NL,EN)

Pour les réservations –> via le site web des Nocturnes (ouverture de la vente des billets le 25 mars)

Célébrez Pessa’h avec nous !

Nous sommes heureux de vous inviter à une journée de célébration de Pessa’h le 14 avril à 15h.
Pessa’h, également connue sous le nom de Pâque juive, est l’une des trois fêtes de pèlerinage du judaïsme, commémorant l’exode des Hébreux de l’esclavage en Égypte selon le livre de l’Exode de la Torah. La fête évoque la notion de renouveau, de liberté et elle est honorée à travers plusieurs rituels, notamment la consommation de pain non levé (matza) et la célébration du repas de Pâque.

Programme :

Atelier de confection de Matzot pour les enfants : Nos jeunes participants auront l’occasion de participer à un atelier de fabrication de pain Matza. Ils auront ainsi l’opportunité de découvrir l’importance de cette tradition ancestrale en mettant la main à la pâte.

Visite guidée de l’exposition « Passage – Textiles & Rituel » : Nous vous invitons également à une visite guidée de notre exposition « Passage – Textiles & Rituel », une exploration fascinante des textiles et rituels juifs.

Cet évènement est organisé en collaboration avec l’European Jewish Community Centre (EJCC).

Au cœur du « Laboratoire des Rituels », quatre artistes performeurs, Hilal Aydoğdu, David Bernstein, Barbara Salomé Felgenhauer et Zinaïda Tchelidze, s’engagent à réenchanter le monde à travers la construction de nouvelles mythologies qui les touchent et les inspirent.

Dans ce laboratoire artistique, ces artistes explorent les profondeurs de l’imaginaire collectif, s’aventurant dans les recoins de l’histoire, de la culture et des traditions. Ils nous invitent à plonger dans leurs univers artistiques, à traverser des passages entre les mondes visibles et invisibles, pour découvrir de nouvelles manières d’être et de comprendre le monde.

Grâce à leurs performances, ces artistes nous offrent des moments intenses où le sacré et le profane se rencontrent, où les émotions se déploient et les questionnements se multiplient. Ils nous ouvrent des portes vers des expériences sensorielles et intellectuelles, nous invitant à réfléchir sur notre propre rapport aux croyances, aux mythes et aux rites.

Le « Laboratoire des Rituels » est bien plus qu’une simple exposition. C’est un espace d’exploration artistique où des artistes performeurs interculturels se rencontrent, se questionnent et partagent leurs visions du monde. C’est un appel à la réflexion, à l’émerveillement et à la création de nouvelles mythologies qui nous permettent de réenchanter notre existence.

Le « Laboratoire des Rituels » ouvrira le 11 avril dans notre Project Space et vous invite à explorer la résurgence contemporaine des croyances et des rites à travers un programme de performances uniques. La première performance aura lieu dans le cadre de l’évènement des Nocturnes.


Programme :

MisafirperverHilal Aydoğdu – 11.04.2024

La Chapelle des peines pour le mondeBarbara Salomé Felgenhauer – 22.05.2024

Even if it’s not true, it’s well found David Bernstein – 6.06.2024

To your arrival and our welcomeZinaïda Tchelidze – 1.09.2024

A l’occasion de la JOURNEE INTERNATIONALE DES ROMS, le Musée Juif de Belgique est heureux de vous convier à un évènement consacré à la célébration de la culture rom et à la sensibilisation aux discriminations anti-rom.

Un évènement en partenariat avec ESMA, Carrefour des Cultures :

ESMA-CC est une association qui promeut et soutient les artistes, les créations culturelles et les musiques des Balkans et Roms dans une visée de rencontre, débat et dialogue entre groupes, communautés et acteurs culturels de la société civile

Programme

  • 15 h 30 : Conférence : Carol Silverman (Eng – Fr)
  • 16 h 45 : Q&A
  • 17 h 00 : Pause
  • 17 h 30 : Concerts
  • 18 h 30 : Verre de l’amitié

Évènement Gratuit


Conférence

Contextes historiques et culturels de la musique klezmer et de la musique romani des Balkans : comparaisons et contrastes

Les Juifs et les Roms sont souvent considérés comme les deux groupes minoritaires emblématiques de l’Europe. Ces deux communautés ont grandement enrichi la culture et les arts de l’Europe de l’Est, tout en faisant face à des discriminations historiques, dont le génocide nazi. Cette conférence illustrée explore les liens et les différences culturelles entre les Juifs et les Roms en Europe de l’Est. En se concentrant sur la musique, nous examinerons le rôle professionnel des musiciens klezmer et roms, ainsi que le contexte de leur répertoire et de leurs performances dans la vie rituelle et familiale. Aujourd’hui, la musique romani des Balkans n’est pas seulement un atout communautaire dynamique, mais aussi un produit musical mondial ; le klezmer fait également l’objet d’une revitalisation et d’une refonte créatives. Parallèlement, l’antisémitisme et l’antitsiganisme sont en hausse. En ces temps difficiles, la musique peut servir d’outil pour lutter contre le néo-nationalisme et la xénophobie.

  • Carol Silverman

Carol Silverman s’intéresse à la musique et à la culture des Balkans depuis plus de quarante ans en tant que chercheuse, enseignante, artiste et militante. Professeur émérite d’anthropologie culturelle et de folklore à l’université de l’Oregon, elle a enseigné le folklore juif et balkanique, en se concentrant sur la musique, les festivals, la politique culturelle et les questions relatives aux droits de l’homme.

Concerts

  • ESMA Next Generation Band
  • Vilmos Csikos, Anette Dukane Csikos, Duka Vilmos
  • The Klezmer Society  

Exposition

  • Ceija Stojka  

Ceija Stojka est née en Autriche en 1933, cinquième d’une fratrie de six enfants dans une famille de marchands de chevaux rom. Déportée à l’âge de dix ans avec sa mère Sidonie et d’autres membres de sa famille, elle survit à trois camps de concentration, Auschwitz-Birkenau, Ravensbrück et Bergen-Belsen. 

C’est seulement quarante-cinq ans plus tard, en 1988, à l’âge de cinquante-cinq ans, qu’elle ressent le besoin et la nécessité d’en parler ; elle se lance dans un fantastique travail de mémoire et, bien que considérée comme analphabète, écrit plusieurs ouvrages poignants, dans un style poétique et très personnel, qui font d’elle la première femme rom rescapée des camps de la mort à témoigner de son expérience concentrationnaire, contre l’oubli et le déni, contre le racisme ambiant. 

SKINFOLD est une performance longue durée où les corps se déplacent côte à côte, se reconnaissent mutuellement, et se tournent vers des paysages intérieurs, dans une exploration en quête de transformations subtiles.

Dans cette performance, les limites entre la chair et l’image corporelle s’estompent, dessinant un habitat réellement incarné. Les interprètes ont la liberté de modifier leurs aspects représentationnels ainsi que la manière dont elles perçoivent (par) leurs corps. Que signifie habiter un corps ? Et ce corps-ci ?

Cet ensemble de stratèges pour une pratique utopique et transformatrice est le fruit d’une recherche chorégraphique en cours menée par Abigail Aleksander et Mary Szydlowska. SKINFOLD sera présentée pour la première fois dans le cadre de l’exposition Illusive Bodies de Shoshana Walfish, entamant un dialogue avec une série de peintures où la représentation et la corporéité sont remises en jeu pour qu’elles soient interprétées à nouveau.

—-

Abigail Aleksander et Mary Szydlowska sont des performeuses et chorégraphes basées à Bruxelles. Elles se sont rencontrées en 2019 pendant leurs études respectives à P.A.R.T.S. SKINFOLD est leur première collaboration en matière de performance.

Abigail Aleksander travaille en tant que performeuse et collaboratrice avec une variété de créateurs tels que : Philipp Gehmacher, Michiel Vandevelde, Jan Martens et Anne Teresa De Keersmaeker. Elle a commencé sa formation en danse à Londres avant d’obtenir une licence à P.A.R.T.S. en 2022. SKINFOLD est sa première pièce chorégraphique.

La pratique de Mary Szydlowska varie entre le mouvement, l’installation et les objets sculpturaux. Depuis l’obtention de leur diplôme du programme MA STUDIOS à P.A.R.T.S, elles réalisent des performances en solo qui touchent aux notions de phénomènes périphériques, retirés et invisibles. Leur travail a été soutenu et présenté par Beursschwourburg, IKOB Museum, Brussels Gallery Weekend, Zachęta National Gallery in Warsaw, workspacebrussels, wp zimmer, CC Strombeek et d’autres.

—-

Programme :
13:30 – Ouverture des portes
14h00 à 17h00 – Performance SKINFOLD
17:15 – Discussion d’artiste animée par Persis Bekkering
18h 30 – Fermeture des portes


*La performance dure trois heures, le public peut entrer, sortir et revenir librement.
La performance peut accueillir 15 invités à la fois, il se peut que vous deviez attendre si ce nombre est dépassé.


Crédits :
Concept, chorégraphie, performance Abigail Aleksander / Mary Szydlowska Composition musicale, Hannah Todt Remerciements à Shoshana Walfish, PARTS, Steven De Belder, Steven Peeters


Ce projet est soutenu par la Vlaamse Gemeenschapscommissie (VGC).

Plongez dans l’univers de « Pierrot Lunaire » d’Arnold Schoenberg en participant à un concert organisé par le Conservatoire royal de Bruxelles.

Un ensemble de jeunes artistes, chanteuses et chanteurs, instrumentistes, est bien décidé à affronter le monstre sacré de la seconde école de Vienne: Pierrot Lunaire. Ensemble, et sans chef, ils tentent de rendre compte de la puissance de la musique d’Arnold Schoenberg, de son extraordinaire pouvoir expressif et visionnaire.

Ne manquez pas cette expérience musicale unique !

Programme :

18:30 – Ouverture des portes

19h00 – Concert 

20h00 –Drink

21h00 – Fermeture des portes

Entrée gratuite, sur réservation.

Lieu : Musée Juif de Belgique.

En partenariat avec le Conservatoire Royal de Bruxelles.