Auteur/autrice : Olivier Hottois

Dernière exposition du Musée Juif de Belgique avant la fermeture pour travaux fin 2024, Passage est une réflexion sur l’idée de transformation. Elle explore la manière dont le spirituel se mêle à la vie profane, comment le rite s’allie à l’ordinaire, ce qu’il se passe quand l’intime et le collectif se nouent.

L’exposition se compose de trois parcours complémentaires. Le premier nous plonge dans l’univers de Charlemagne Palestine. Dans une installation intitulée « AA BATT BEARR BARR MITZVAHH INN MESHUGAHLANDDD », l’artiste réinterprète le passage à l’âge adulte dans la tradition juive. Ancré dans l’héritage du schmattès, mot yiddish qui désigne le chiffon ou la fripe, il réinvente les gestes de collecte, de couture et de raccommodage du tissu qui marquent l’histoire des mondes juifs.

En écho aux assemblages de Charlemagne Palestine, le deuxième parcours propose un dialogue autour du textile, en croisant les collections du Musée Juif de Belgique, celles du Centre de la Culture Judéo-Marocaine et les interventions de quatre artistes contemporains : Jennifer Bornstein, Richard Moszkowicz, Elise Peroi, Arlette Vermeiren. Ce jeu d’associations libres rappelle que le travail du textile est, en soi, une pratique rituelle. La place des femmes y est centrale. Il montre aussi que les tissus ne sont jamais de simples parures : ils sont tour à tour des lieux de mémoire, les symboles d’une célébration, ou des accès au sacré.

À travers un programme de performances, le troisième parcours interroge la résurgence contemporaine des croyances et des rites. Hilal Aydoğdu, David Bernstein, Barbara Salomé Felgenhauer, et Zinaïda Tchelidze repensent ici l’espace muséal, pour créer un laboratoire intime et sensoriel, dans une tentative de réenchantement du monde.

Geste symbolique, Passage n’est pas seulement le point final d’un programme d’expositions déployé dans ce bâtiment depuis plus de vingt ans. Cette exposition est aussi un questionnement sur le nouveau Musée Juif à venir, qui imaginera, lui aussi, de nouvelles formes de passage.

SKINFOLD est une performance longue durée où les corps se déplacent côte à côte, se reconnaissent mutuellement, et se tournent vers des paysages intérieurs, dans une exploration en quête de transformations subtiles.

Dans cette performance, les limites entre la chair et l’image corporelle s’estompent, dessinant un habitat réellement incarné. Les interprètes ont la liberté de modifier leurs aspects représentationnels ainsi que la manière dont elles perçoivent (par) leurs corps. Que signifie habiter un corps ? Et ce corps-ci ?

Cet ensemble de stratèges pour une pratique utopique et transformatrice est le fruit d’une recherche chorégraphique en cours menée par Abigail Aleksander et Mary Szydlowska. SKINFOLD sera présentée pour la première fois dans le cadre de l’exposition Illusive Bodies de Shoshana Walfish, entamant un dialogue avec une série de peintures où la représentation et la corporéité sont remises en jeu pour qu’elles soient interprétées à nouveau.

—-

Abigail Aleksander et Mary Szydlowska sont des performeuses et chorégraphes basées à Bruxelles. Elles se sont rencontrées en 2019 pendant leurs études respectives à P.A.R.T.S. SKINFOLD est leur première collaboration en matière de performance.

Abigail Aleksander travaille en tant que performeuse et collaboratrice avec une variété de créateurs tels que : Philipp Gehmacher, Michiel Vandevelde, Jan Martens et Anne Teresa De Keersmaeker. Elle a commencé sa formation en danse à Londres avant d’obtenir une licence à P.A.R.T.S. en 2022. SKINFOLD est sa première pièce chorégraphique.

La pratique de Mary Szydlowska varie entre le mouvement, l’installation et les objets sculpturaux. Depuis l’obtention de leur diplôme du programme MA STUDIOS à P.A.R.T.S, elles réalisent des performances en solo qui touchent aux notions de phénomènes périphériques, retirés et invisibles. Leur travail a été soutenu et présenté par Beursschwourburg, IKOB Museum, Brussels Gallery Weekend, Zachęta National Gallery in Warsaw, workspacebrussels, wp zimmer, CC Strombeek et d’autres.

—-

Programme :
13:30 – Ouverture des portes
14h00 à 17h00 – Performance SKINFOLD
17:15 – Discussion d’artiste animée par Persis Bekkering
18h 30 – Fermeture des portes


*La performance dure trois heures, le public peut entrer, sortir et revenir librement.
La performance peut accueillir 15 invités à la fois, il se peut que vous deviez attendre si ce nombre est dépassé.


Crédits :
Concept, chorégraphie, performance Abigail Aleksander / Mary Szydlowska Composition musicale, Hannah Todt Remerciements à Shoshana Walfish, PARTS, Steven De Belder, Steven Peeters


Ce projet est soutenu par la Vlaamse Gemeenschapscommissie (VGC).

Dans le cadre du Photo Brussels Festival, le Musée Juif de Belgique vous convie au finissage de son exposition « Erwin Blumenfeld. Photography. 1930-1950 » le 4 février 2024 à 16h00 pour une visite guidée en présence du Directeur des expositions, Bruno Benvindo et de la petite fille du photographe : Nadia Blumenfeld Charbit.

C’est l’occasion de venir découvrir pour la dernière fois une exposition consacrée à un des photographes les plus influents du XXème siècle : Erwin Blumenfeld (1897-1969). Connu pour ses clichés de mode à la créativité exceptionnelle, Blumenfeld est l’auteur d’une œuvre polymorphe où se mêlent inspirations dadaïstes, engagements politiques et expérimentations artistiques.

Présentant plus d’une centaine de photographies, l’exposition revient sur le destin de ce juif berlinois qui fait partie des avant-gardes culturelles à Amsterdam, puis à Paris, avant de connaître les camps d’internement lorsqu’éclate la Seconde Guerre mondiale. Parvenant in extremis à se réfugier à New York en 1941, il y mène une carrière à succès, marquée par une libre exploration de formes et de couleurs.

Programme : 

Ouverture des portes 15h30

Visite guidée de 16h à 17h00 avec Nadia Blumenfeld Charbit (en FR)

Verre de l’amitié de 17h00 à 18h00

Fermeture des portes 18h30

Prix : 10 euros (comprenant l’accès à l’exposition) /Gratuit pour les étudiant.e.s

Inscription disponible ici.

Nous avons le plaisir de vous inviter à la conférence de dissémination du projet MultiMemo, couplé d’un événement de commémoration des génocides de la 2ème guerre mondiale. 

Cet événement est organisé par le CEJI – Une contribution juive à une Europe inclusive, en partenariat avec le Musée Juif de Belgique, dans le cadre du projet européen MultiMemo – Multidirectional Memory: Remembering for Social Justice.

Le projet MultiMemo propose une approche intersectionnelle de la commémoration. Approche qui souligne la pertinence de la mémoire pour la justice sociale et la nécessité de relever les défis contemporains liés aux violations des droits humains, aux conflits militaires et à la violence, à l’exclusion sociale et à la crise migratoire. 

S’inspirant du concept de “mémoire multidirectionnelle”, le projet initie diverses formes de commémoration active dans les sphères publiques, une commémoration qui n’existe pas dans un vide social. Au contraire, il souligne la nécessité de s’opposer aux pratiques contemporaines de violence et d’exclusion. 

Ce premier événement de dissémination du projet MultiMemo vise à promouvoir un nouveau langage de commémoration par le biais d’une approche multidirectionnelle de la mémoire des génocides de la 2ème guerre mondiale. Cette approche est basée sur les quatre principes d’inclusivité, de développement durable, de sauvegarde de la mémoire et de justice épistémique. Elle est mise en pratique via les arts, le monde académique, l’urbanisme, l’activisme et l’élaboration de politiques. 

QUAND?

21 Janvier 2024, 16h – 19h30 (CET) 

OU?

Musée Juif de Belgique, Bruxelles 

POUR QUI?  

Membres des communautés, activistes, pratitiens, décideurs politiques.  

LANGUE 

L’événement sera en anglais. Une traduction vers le français et le néerlandais sera proposée.

INSCRIPTION

L’inscription se fait via ce lien. Attention, le nombre de places est limité. Les inscriptions se clôturent le 15 Janvier.

Programme

  • 16.00h- 16.30h Accueil et Introduction
  • 16.30h-17.30h Les voix de MultiMemo. Modérateur: Murilo Cambruzzi – Osservatorio antisemitismo. Panel: Dr. Alexandra Janus – FUNDACJA ZAPOMNIANE, Magdalena Rubenfeld- FESTIVALT, Dr. Frederek Musall – Hochschule fur Jüdische Studien Heidelberg, Johanan Seynave – Bnai Brith Europe. 
  • 17.30h – 18.00h Pause – Boissons et snacks 
  • 18.00h-18.40h Performances artistiques, Eva Kamanda- actrice and chercheuse (à confirmer), Hady-Salomé Dahan- Artiste poète slameuse, Vilmos Csikós père et fils – musiciens  
  • 18.40h-19.00h Rituel participatif – Soshana Walfish & Céline Gaza
  • 19.00h-19.20h Discussion
  • 19.20h- 19.30h Clôture

Le Musée Juif de Belgique vous invite à découvrir « Les Guerrières de la Paix », un documentaire réalisé par Hanna Assouline et Jessica Bertaux en 2018.

En 2014, des femmes israéliennes et palestiniennes ont décidé de créer un mouvement informel : Women Wage Peace. Ces femmes se rassemblent autour d’une exigence aussi simple que terriblement audacieuse : celle que leurs dirigeants se retrouvent à nouveau autour d’une table de négociation. En 2018, elles sont désormais plusieurs dizaines de milliers, de tous horizons politiques et de toutes origines. Elles sont les guerrières de la paix.

A travers ce film et ses prises de paroles récentes, Hanna Assouline s’évertue de proposer une voie humaniste, « sans slogan ni drapeau », pour transcender les différents narratifs antagonistes en vigueur et rassembler tout un chacun au-delà de ses opinions réactionnelles respectives.

Le type de démarche apolitique qu’illustre le documentaire est bien souvent mécompris et accusé de faire fi de la complexité du réel. Il s’agira de s’interroger sur ses propriétés et sa pertinence. Enfin, nous questionnerons ensemble l’essence du mot « paix », dont l’évocation suscite désormais fréquemment suspicion et polémique, afin de comprendre comment rétablir son caractère fédérateur.

Programme :
Ouverture des portes 18h30
Projection du film » Les Guerrières de la Paix » à 19h00
Rencontre avec Hanna Assouline à 20h00 animée par Sarah Halfin

Venez (re)découvrir Hanouka, la fête des lumières, au Musée Juif de Belgique en famille le dimanche 10 décembre 2022 de 11 h à 12h30. 

Alors que les parents seront guidés par le directeur des expositions, Bruno Benvindo, à travers l’exposition d’Erwin Blumenfeld, les enfants, eux, profiterons d’un atelier bricolage spécial Hanouka avec notre médiatrice culturelle ! 

Nous allumerons ensuite ensemble la quatrième bougie de Hanouka en vous racontant l’histoire de la révolte des Maccabim et du miracle qui se produisit dans le temple de Jérusalem au deuxième siècle avant Jésus-Christ.

11h visite guidée et atelier pour enfants – avec Barbara Cuglietta et Audrey Elbaum 

12h Cérémonie allumage des bougies, chants de Hanouka 

12h30 dégustation de beignets traditionnels  

PAF: 12 euros / adulte, gratuit pour les enfants. 

Inscription souhaitée par mail à events@mjb-jmb.org

Image : ארכיון השומר הצעיר יד יערי – Hashomer Hatzair Archives Yad Yaari

License : Creative Commons Attribution 2.5 Generic

Nos visites guidées s’adaptent à l’âge et au niveau de votre groupe. Elles ne transmettent pas seulement notre savoir, mais elles sont également basées sur le principe de l’interactivité, c’est-à-dire sur des échanges, l’écoute de l’autre et les réflexions critiques.

  • LE JUDAÏSME EN BELGIQUE: UN REGARD SUR LES TRADITIONS (gratuit pour les écoles FWB)

Cette exposition met en lumière les pièces les plus emblématiques de notre vaste collection, invitant à découvrir les rites et célébrations rythmant l’année juive. Une introduction au judaïsme, sa diversité, son histoire en Belgique, ainsi que le rôle de la femme.

  • ARTISTES JUIFS DU XXème SIÈCLE (Exposition permanente)

Grâce aux œuvres d’artistes juifs dont le sort avait décidé qu’ils vivraient en Belgique, votre groupe découvrira dans notre grande salle, l’histoire du 20ième siècle à travers l’histoire de l’art. Une viste interactive où les élèves explorent des notions d’esthétique et questionnent les peintures.

  • SHOSHANA WALFISH – ILLUSIVE BODIES (Exposition temporaire)

Shoshana Walfish (°1988) est une artiste canadienne basée à Bruxelles. Ses peintures sont des recherches autour de la représentation du corps féminin. Elle questionne l’idée de la femme-objet et des objets en tant que corps féminins. Entre surréalisme et absurde, elle interroge le regard, l‘objectification, ainsi que les récits produits par l’histoire et par l’histoire de l’art. Elle explore également les allusions esthétiques luxuriantes associées aux organes corporels, tissant ainsi des liens entre la corporalité, le monde naturel, la science et la société. Avec les élèves, nous explorerons la question «qu’est-ce qui change quand une femme peintre s’inspire du corps féminin?»

À partir du 29 septembre 2023, le Musée Juif de Belgique présente une exposition consacrée au photographe Erwin Blumenfeld (1897-1969). Connu pour ses clichés de mode à la créativité exceptionnelle, Blumenfeld est l’auteur d’une œuvre polymorphe où se mêlent inspirations dadaïstes, engagements politiques et expérimentations artistiques. 

Présentant plus d’une centaine de photographies, l’exposition revient sur le destin de ce juif berlinois qui fait partie des avant-gardes culturelles à Amsterdam, puis à Paris, avant de connaître les camps d’internement lorsqu’éclate la Seconde Guerre mondiale. Parvenant in extremis à se réfugier à New York en 1941, il y mène une carrière à succès, marquée par une libre exploration de formes et de couleurs.

Dans le cadre des Heritage days, le Musée Juif de Belgique vous invite à découvrir l’histoire de son bâtiment et son behind the scene avec ses archives et ses collections.

Au programme : 

16.09 – visites à 10h30 et 11h30 sous réservation. Envoyer un email à edu@mjb-jmb.org (groupe max 10 personnes)

17.09 – visites à 14h30 et 15h30 sous réservation. Envoyer un email à edu@mjb-jmb.org (groupe max 10 personnes)

visites guidées gratuites

Réunion des élèves de la Deutsche Schule dans la salle de fêtes située au deuxième étage, Bruxelles, ca. 1909-1910. AGR, Fonds séquestre.

…and then there was EVE est un concert performatif, incarnée par Jeanna Criscitiello, qui découle d’une pratique artistique plus large et qui explore le féminisme et l’identité. Anti-héroïne à plusieurs voix, les voix intérieures et extérieures d’EVE sont non filtrées et contradictoires et deviennent des actes de résistance vers une simplification à outrance de l’expérience humaine.

…and then there was EVE présente une collection d’héroïnes sous de multiples perspectives, grâce à des participant.es invité.es à nommer une héroïne personnelle et à identifier un objet – livre, œuvre d’art, photographie, etc. De nouvelles narrations ont été créées en mélangeant des faits concrets, des confessions intimes et la poétique de la narration. La réinvention, la métamorphose et la transmission sont des thèmes récurrents qui jouent un rôle central dans la création d’un archétype féminin à voix multiples – EVE.

Dans le cadre de l’exposition « Four Sisters » au Musée juif de Belgique, Jeanna Criscitiello présentera une sélection de ses héroïnes, avec un accent particulier sur l’héroïne Jeanne Dielman de Chantal Akerman. Une étude détaillée des gestes de la main de Jeanne Dielman, qui couvre les trois heures de l’opus, a été condensée en un fragment de sept minutes joué sur scène et accompagné d’une composition musicale originale qui est aussi répétitive et physiquement épuisante que la boucle sans fin des tâches banales qui conduisent à l’effritement catastrophique de Jeanna Dielman. La fascination de Jeanna Criscitiello pour les faits et les fictions qui deviennent des réalités tissées est à la base de cette performance.

Programme : 

15h30 : ouverture des portes

16h00 – 17h00 : Visite guidée « Four Sisters » avec Yann Chateigné Tytelman

17h00 – 17h30 : Performance EVE

17h30 – 18h00 : Talk avec Jeanna Criscitiello et Barbara Cuglietta

18h00 – 19h00 : Drink 

Prix : 10 euros (+ accès gratuit à l’exposition « Four Sisters »)