Cet atelier propose de rencontrer une personne qui a vécu et survécu la Shoah. Pour les jeunes générations, une telle rencontre est un moyen de créer un lien entre l’histoire apprise à l’école et le vécu réel d’un homme ou d’une femme. En entendant un récit personnel, une histoire peut devenir l’Histoire avec un grand H.

Quand les super-héros inspirent des réflexions philo aux jeunes de Tada – Atelier de l’Avenir

Un dimanche pas comme les autres dans les salles de l’exposition  » Super Heroes Never Die ». 30 jeunes qui fréquentent l’association Tada sont venus s’inspirer des super-héros pour faire de la philosophie.  » Doit-on se cacher pour pouvoir tout dire ? »  » Qu’est-ce que le bonheur ? »  » En quoi les super-héros peuvent ils améliorer la vie réelle en combattant les préjugés sur dessin ? » sont les questions qu’ils se sont posées et qu’ils ont réfléchies ensemble lors de l’atelier philo.

Cette année encore, le Musée était ravi de collaborer avec Tada dans le cadre de ses ateliers destinés aux jeunes pour mieux comprendre la société et s’affirmer en tant que citoyen.

« Je ne pensais pas que Superman pouvait nous apprendre autant »

Un jeune de Tada

« Une après midi riche en apprentissages où j’ai appris autant que les jeunes »

Amir-guide au Musée Juif de Belgique

Joutes verbales – (Projet DAS)

Suite au succès de l’an passé, ce projet renoue avec l’outil des joutes verbales pour permettre à des jeunes de trois écoles différentes de faire un parcours de rencontre, de réflexion et d’émancipation. Encadrés et animés par les Ambassadeurs d’expression citoyenne, les élèves de l’Institut Diderot, de l’école La Vertu et de l’Athénée Robert Catteau vont ainsi apprendre à débattre en classe, puis prendre le temps de se découvrir mutuellement et de réfléchir ensemble pour finalement proposer des joutes oratoires sur scène et face au public. 
La thématique de cette édition est « L’histoire en héritage ». Comment se constuire avec cet héritage ? Quels sont les enjeux identitaires de cette construction ? Comment appréhender simultanément la petite et la grande histoire ? 

Dans ce projet, le Musée juif de Bruxelles est bien plus qu’un lieu d’acceuil. A travers l’exposition « Superheroes never die », le Musée enrichira la réflexion des jeunes tout en contribuant à leur découverte du quartier et en stimulant l’ouverture aux diversités de l’ensemble du processus. 

Plus d’infos sur les Ambassadeurs et les joutes verbales ? Rendez-vous sur www.ambassadeurs.org !

Projet pédagogique avec le Lycée Guy Cudell

Les super-héros ont de tous temps fasciné les enfants et les adultes. Leur monde est le reflet de notre société, une sorte de miroir grossissant des hommes dont ils sont une version magnifiée. Leurs aventures, bien que fictives, nous avertissent contre nos propres travers et nous préviennent contre toutes sortes de maux. De plus, leur univers n’est pas figé, il est le résultat d’une longue évolution qui a conduit les éditeurs, conscients de la nécessité de s’ouvrir aux autres, à s’orienter vers une politique plus inclusive.   

Ces héros « surdimensionnés » ont suscité l’intérêt du Lycée Guy Cudell, une école d’enseignement général, technique et professionnel située à Saint-Josse-ten-Noode et fréquentée par des élèves de plus de 45 nationalités différentes.  

Durant plusieurs mois, les étudiants et leurs enseignants ont exploré le monde des comics books en menant, sur base de l’exposition « Superheroes never die » du Musée Juif de Belgique, le projet « Portraits de super-héros – You can’t build the world alone » soutenu par la FWB Décret Culture Ecole et Equal Brussels – Région de Bruxelles-Capitale. Il s’agit d’un travail minutieux de recherche et de synthèses dont les thèmes ne manqueront pas de susciter l’intérêt de tous : la figure du héros au fil de l’Histoire, les super-héros et la philosophie, les minorités, le sexisme et la diversité sexuelle dans le monde super-héroïque, le décryptage scientifique des super-pouvoirs, la politique dans les comics books, le tour du monde des super-héros… 

La production finale de ce projet sera présentée sous la forme d’une nouvelle exposition agrémentée d’une dizaine d’œuvres d’art réalisées par les élèves sous la direction de Samuel Idmtal, artiste spécialiste en street art. À travers une dizaine de portraits et de témoignages poignants, les jeunes créateurs nous proposent leur vision du super-héros. Cette initiative pédagogique a mobilisé différentes disciplines (français, histoire, sciences, anglais, éducation artistique, philosophie) et a permis le travail croisé de nombreuses classes, de la 1C à la 7PM.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Cras nec eleifend lorem, a tempus ex. Donec luctus justo non sem convallis tempor. Vestibulum congue viverra lacus. Maecenas id purus nec mauris fermentum accumsan. Curabitur sollicitudin pellentesque purus, nec malesuada sem feugiat et. Vivamus in tellus eleifend, auctor augue vel, vestibulum sapien. Vestibulum sagittis tellus quis ante maximus, nec faucibus elit blandit. Donec varius fringilla dui vitae fringilla. Fusce molestie justo quis faucibus luctus. Suspendisse eget metus egestas, aliquam massa at, pretium odio. Vestibulum vitae convallis urna, ut ultricies nunc. Proin in mi congue, euismod nibh id, bibendum velit. Nulla ex nunc, euismod in tortor eu, iaculis auctor massa. Aliquam erat volutpat.

Description du poste

Le ou la bénévole sera amené à accueillir les visiteurs, prendre et relayer les communications téléphoniques pour les relayer aux membres du personnel recherchés, s’occuper de la vente des tickets et de renseigner si possible les visiteurs.

Profil

Nous recherchons une personne avec bonne présentation, empathique, dynamique et ponctuelle, parlant très bien le français, et si possible avec bonnes notions d’anglais et idéalement en néerlandais. Quelques notions culturelles seraient en plus un must.

Vous pouvez envoyer votre candidature soit par mail à ethy@mjb-jmb.org Ou téléphoner et prendre un rendez-vous (mardi ou jeudi) : 02 500 88 20

L’histoire du Maroc incarne un cas exceptionnel de convivialité judéo-musulmane. Présents depuis plus de deux mille ans, Juifs et Musulmans ont vécu côte à côte pendant des siècles. A travers ces photographies, les objets, coutumes et traditions de ces femmes et hommes nous sont révélés. Une centaine de clichés inédits pris par Aron Zédé Schulmann au début des années 1950, pour immortaliser l’histoire des Juifs du Maroc, fut présentée.

Cette exposition est réalisée en coopération avec le CCJM. Elle est accompagnée de textes rédigés par les élèves du Lycée Guy Cudell de Saint-Josse qui, encadrés par leurs professeurs de français et d’histoire, ont décidé d’élargir le thème original en se focalisant sur les rapports entre Juifs et Musulmans de la naissance de l’Islam jusqu’au au déclin de l’Empire ottoman.

Cette exposition est itinérante. Elle a été présentée à la Maison Communale de St Josse du 26 janvier au 3 février, dans quatre Maisons de quartier de la Ville de Bruxelles (Midi, Haren, Willems et Rossignol), du 9 février au 3 mars, à la Maison des Cultures et de la Cohésion Sociale à Molenbeek du 9 au 26 mars, au Parlement bruxellois en mai et à la Maison Communale d’Evere en septembre 2017. Cette exposition a connu un véritable engouement et nous a permis de toucher des publics très variés, en allant directement sur place, dans des communes où les habitants ne franchissent pas toujours les frontières invisibles de l’espace bruxellois.

Elle fut accompagnée de nombreuses activités dont des conférences, projections de films, ateliers de calligraphie, ateliers olfactifs et concerts. Le dossier pédagogique suivant est mis à la disposition des professeurs, animateurs et encadrants.

Plus de 180 nationalités se côtoient aujourd’hui à Bruxelles. Au-delà des chiffres, chacun de ces émigrés a son histoire, son parcours, ses espoirs.

Depuis 1830, différentes vagues d’émigration se sont succédé. Pourquoi ces femmes et ces hommes ont-ils quitté leur pays ? Bruxelles a-t-elle été, pour eux, une terre d’accueil ?

Cette exposition raconte comment la capitale belge s’est peu à peu transformée en « ville-monde ». Elle retrace sur près de deux siècles le parcours de ces étrangers installés à Bruxelles pour quelques mois ou pour toujours, à travers les objets qu’ils ont emportés avec eux, leurs témoignages personnels ou leurs photographies de famille.

Outre ce volet historique, « Bruxelles, terre d’accueil ? » présente le travail de Kika Nicolela, Thomas Israël, DK Ange, Nadia Berriche, Thomas Marchal, Christopher de Béthune, le collectif Farm Prof, In Your Box Project, Ilyas Essadek et Herman Bertiau, artistes basés à Bruxelles (photographes, street artists, sculpteurs, vidéastes) qui abordent la question migratoire et la diversité culturelle dans le Bruxelles d’aujourd’hui.

Des projections de films, des performances artistiques participatives, des conférences et des ateliers ponctueront cette exposition organisée par le Musée Juif de Belgique et les Archives de l’Etat et qui a bénéficié du concours du Centre de la Culture Judéo-Marocaine. Elle sera accompagnée d’un numéro spécial de l’Agenda Interculturel réalisé par le Centre Bruxellois d’Action Interculturelle. Cette exposition est trilingue : français, néerlandais et anglais.

Présentant des costumes, dessins, photos et vidéos, le « Chantier Poétique » a été initié par l’artiste bruxellois Stephan Goldrajch au Musée Juif de Belgique à partir de 2015. Son projet fait entrer en résonance histoires fondatrices de la Bible et transformation du bâtiment du Musée.
Ce jeune artiste plasticien, qui s’est associé pour ce projet à la photographe Myriam Rispens, manie différentes disciplines (dessin, crochet, tissage, broderie, couture…). Il vit son travail de créateur comme une réponse à l’impératif de « créer du lien ». Reconstruire des systèmes de parenté entre l’homme et son environnement, et entre des cultures, telle est la gageure de sa démarche plastique et politique.

« Amy Winehouse, un portait de famille » retrace le destin d’une chanteuse unique. À travers ses objets personnels, ses écrits inédits et ses photos de famille, cette exposition raconte la naissance d’une icône de la pop culture, depuis ses aïeuls venus de Biélorussie jusqu’à ses succès sur les scènes de Londres, puis du monde entier. On découvre la passion d’Amy Winehouse pour la musique, la mode, les tatouages, mais aussi son attachement à Londres, à sa famille et à ses racines juives.

Conçue en collaboration avec son frère Alex et sa belle-sœur Riva, cette exposition a été présentée à Londres, San Francisco, Amsterdam ou encore Melbourne. Elle achève son parcours à Bruxelles, avant que les pièces uniques qu’elle présente retournent dans la famille Winehouse.

Découvrez la femme derrière la musique dans une exposition intime et émouvante.

Pour prolonger l’exposition « Leonard Freed. Photographier un monde en désordre », le Musée Juif de Belgique s’associe au Brussels Street Photography Festival (BSPF) et célèbre la ville de Bruxelles!

Du 21 février au 17 mars, découvrez Eyewitness in Brussels, qui présente les photos des 21 finalistes de ce concours de photographies sur Bruxelles. Vous pourrez notamment visiter cette exposition qui met à l’honneur la street photography durant la Museum Night Fever, le samedi 23 février 2019.

Nous sommes ouverts! Visitez nos expositions le vendredi de 10h à 17h ainsi que les samedi et dimanche de 10h à 18h. On a hâte de vous retrouver!