[ 02/10/2017 – 30/01/2018 ] Le Passage du témoin – photographies d’André Goldberg

[ 02/10/2017 – 30/01/2018 ] Le Passage du témoin – photographies d’André Goldberg

Une exposition du Musée Juif de Belgique au Musée Kazerne Dossin à Malines

Du 2 octobre 2017 au 30 janvier 2018

Vernissage dimanche 1er octobre de 14h00 à 17h00

Commissaire : Zahava Seewald, conservatrice au Musée Juif de Belgique

L’idée de photographier les témoins de la Shoah est née en 1994 à la veille des 50 ans de la libération des camps nazis. Le projet, conçu à l’époque sous format d’album photographique, tentait de répondre à un sentiment d’urgence face à la perspective proche de la disparition des derniers témoins directs de ces évènements.

Ce travail reste le seul de ce genre réalisé jusqu’à ce jour en Belgique et a été accompagné de témoignages recueillis par Dominique Rozenberg, sociologue et compagne du photographe.

75e anniversaire de la déportation des Juifs de Belgique

Aujourd’hui, dans le cadre du 75e anniversaire de la déportation des Juifs de Belgique, nous estimons qu’il est de notre devoir de montrer ces visages dans une exposition et de raconter l’histoire de ces rescapés presque tous décédés.
L’expérience vécue des rescapés des camps de la mort doit être transmise contre toutes les entreprises de dénégation et de falsification et plus encore contre l’oubli.
Il ne s’agit pas de restituer une vérité historique à laquelle s’attèlent les spécialistes, mais de tenter avec humilité et simplicité d’écouter ce que ces gens avaient à dire et à rendre la dignité des traits de ces acteurs de notre mémoire collective.
Il nous semblait important de montrer cette série de portraits dans le musée Kazerne Dossin. De nombreux témoins ont transité par le camp à Malines, lieu symbolique de la déportation des Juifs de Belgique.
Chaque portrait sera accompagné d’un support audio qui permettra au public d’écouter un extrait de l’interview réalisé en 1994. Cette partie est rendue possible grâce à la Fondation Auschwitz qui a numérisé les supports audio.

Ces 37 portraits ont été réalisés en studio, à la chambre technique 4×5 inch et en lumière artificielle. En faisant systématiquement la mise au point sur les yeux et en floutant le reste de l’image, le photographe dirige notre regard vers celui des témoins de l’horreur des camps. Il tente ainsi de les englober dans une histoire commune tout en mettant en évidence leur humanité et leur singularité.

Catalogue

L’album photographique sera réédité pour l’occasion sous un nouveau format par la maison d’édition La lettre volée, une maison d’édition « d’art et d’essai » qui propose, depuis plus de vingt ans, diverses collections dans les secteurs des lettres, des sciences humaines et de l’esthétique et des arts (nombreuses collections consacrées aux arts plastiques et à l’architecture notamment).

André Goldberg est photographe et cinéaste

« Auschwitz, Buchenwald, Dachau, Treblinka,…. Ces noms – comme malheureusement, bien d’autres encore – résonnent dans ma mémoire depuis l’enfance comme la mort.

Cinquante années après la libération des camps d’extermination nazis, qu’en reste-t-il dans la mémoire du monde ?…. la photographie me permet de révéler mes émotions, d’exorciser les meurtrissures et de fixer les peurs de ma mémoire. «  in Note du photographe, extrait du livre Le passage du témoin, page 27.

André Goldberg (Bruxelles, 1963) poursuit depuis 25 ans une activité artistique dans les domaines de la photographie, de l’art vidéo et du cinéma. Il est également enseignant dans les mêmes domaines dans plusieurs écoles et académies en Belgique.

Photographe de formation, diplômé en 1988, il publie deux ouvrages de portraits photographiques aux éditions de La Lettre Volée au milieu des années 90 (Portraits-fétiches, Le Passage du témoin), pour se tourner ensuite vers le cinéma en réalisant des courts métrages documentaires sur l’art contemporain et des fictions.
Il commence à explorer la vidéo d’art et sa mise en espace à partir du début des années 2000, et à les exposer dans des galeries d’art et des centres d’art contemporain en Belgique et à l’étranger.

Bien qu’utilisant les procédés liés aux nouvelles technologies, les installations vidéos d’André Goldberg se nourrissent des codes de la peinture baroque (la vanité, la nature morte, le portrait), autour des questions sur la mort, le deuil, le passé, l’absence, et les traces fragiles de notre présence en ce monde. Questionnant l’état de la condition humaine, de l’homme confronté à son destin de simple mortel et au caractère transitoire de sa vie sur terre.

Informations pratiques

Horaires : Lundi – Mardi – Jeudi – Vendredi 09h00 – 17h00
Samedi – Dimanche 09h30 – 17h00
Fermé le mercredi

Fermeture: le 21 et 22 septembre 2017 (Nouvel An Juif), 30 septembre 2017 (Yom Kippour), 25 décembre 2017, 1er janvier 2018

Adresse: Kazerne Dossin – Goswin de Stassartstraat 153 B-2800 Malines
https://www.kazernedossin.eu